Comment calculer la performance d’un placement ?

Savoir comment calculer la performance d’un placement est essentiel. Si vous ne savez pas le faire ou ne le faites pas assez souvent, votre route vers la liberté financière pourrait se rallonger.

Pourquoi calculer le rendement de ses investissements ?

Il est évident que calculer la performance d’un placement vous permet de savoir si vous perdez ou gagnez de l’argent. Mais cela ne s’arrête pas là. Du moins pas pour vous.

Lorsque vous avez mis au point votre plan vers la liberté financière, vous avez pris des hypothèses de rendement de votre patrimoine financier. Pour savoir si vous êtes sur le bon chemin, il faut donc régulièrement calculer la performance réelle de vos investissement et la comparer avec vos hypothèses

Si vous êtes au-dessus ou à égalité, vous êtes sur le bon chemin. Vous arriverez peut-être même à bon port plus tôt que prévu ! Mais dans le cas contraire, il faut se demander si c’est un écart conjoncturel, appelé à disparaître, ou quelque chose de plus structurel.

Imaginons que vous investissez en bourse mais consommez les dividendes que vous recevez au lieu de les réinvestir. Cela aura un impact sur vos performances. En 2019, le CAC 40 a progressé de 26% (une des meilleures performances de son histoire). Mais, si l’on prend le CAC 40 Gross Return (ou CAC 40 GR), c’est-à-dire dividendes réinvestis, on se rend compte que cet indice a progressé de 32% sur la même période. Rien d’étonnant à cela. Prenez donc bien une hypothèse qui tienne compte de votre stratégie et de sa performance réelle.

Quand faut-il calculer la performance de ses placements ?

Je dirai au moins une fois par an. Vous pouvez le faire à la fin de l’année, quand vous calculez votre patrimoine net. Il est aussi possible de le faire chaque semestre ou trimestre. Cela aurait pu vous aider à sécurisez vos plus-values en 2018 avant le crash des marchés à la fin de l’année.

Le principe du FIRE repose sur l’investissement passif. En d’autres termes, il s’agit d’investir son épargne sur des ETF et de ne plus vraiment s’en préoccuper. Il ne s’agit donc pas de faire des opérations chaque jour. C’est pourquoi je ne pense pas qu’il vous soit utile de calculer tous les jours les performances de vos placements.

Comment calculer la performance d’un placement ?

Rien de plus simple ! Je vous conseille fortement d’utiliser la fonction TRI.PAIEMENTS sur Excel. Elle prend également en compte les versements complémentaires que vous avez pu effectuer au cours de l’année. 

Imaginons que vous avez fait les opérations suivantes en 2019 sur un placement ouvert le 1er janvier :

  • 10 000 € versés au 01/01/2019,
  • Versement de 5 000 € le 03/05/2019,
  • Retrait de 1 500 € le 20/07/2019,
  • Versement de 3 000 € le 10/10/2019,
  • Valeur au 31/12/2019 de 21 567 €.

Si vous faites juste [(valeur d’arrivée/valeur de départ) – 1], vous obtenez un rendement de 116%. Mais il est fictif car vous avez investi 16 500 € (nets de retraits). En prenant cette dernière valeur comme valeur de départ, on obtient alors un rendement de 31%. Mais est-ce le bon rendement ?

Il vous suffit de mettre cela dans Excel pour le vérifier : 

Comment calculer la performance d'un placement

Puis on applique la formule : 

Comment calculer la performance d'un placement

Mettez “0” en dernier argument.

On obtient alors un rendement annuel de 39%

À quoi le comparer ?

Une fois ce calcul fait, je compare à titre personnel le résultat avec 3 indicateurs :

  • Mon hypothèse de rendement, pour savoir si je suis sur la route que je me suis fixée.
  • La valeur de l’inflation sur cette année, que je tire de l’INSEE. C’est pour moi le rendement réel minimal que je dois obtenir, même les mauvaises années, pour protéger mon épargne.
  • Le rendement sur l’année du CAC 40 GR (dont je vous parlais au début de cet article). C’est pour moi l’indice que je cherche à égaler et surtout dépasser. J’ai investi sur un ETF qui réplique sa performance. Donc cela me permet en miroir de savoir si mes autres investissements m’ont permis d’augmenter ma rentabilité, ou au contraire s’ils l’ont diminuée.

Comme Mounir me le faisait remarquer, mes investissements ne sont donc pas tout à fait des investissements passifs à ce stade. Je contrôle leur rentabilité et procède si besoin à des arbitrages pour aller chercher davantage de rentabilité ou au contraire protéger mes plus-values.

Qu’en pensez-vous ? Faut-il ne jamais toucher à ses investissements contre vents et marées ou ne devrait-on pas réaliser des ajustements si nécessaire ?

*

Photo by Braden Collum on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.