Comment les jeunes devraient-ils investir leur argent ?

Comment les jeunes devraient-ils investir leur argent est une question qui nous est souvent posée. Nous nous permettons de répondre, tant que nous faisons encore partie des jeunes !

Tout d’abord, par « jeunes » nous désignerons les étudiants plus que les jeunes actifs. Nous considérons donc quelqu’un ayant entre 18 et 25 ans. J’ai pour ma part 23 ans au moment où j’écris ces lignes et je suis encore étudiant pour 2 ans. Pour celles et ceux qui viennent de décrocher votre premier emploi ou de vous lancer comme freelance (félicitations d’abord !!), pas de panique, nous ferons bientôt des articles pour vous aider à prendre un bon départ.

Ensuite, de quel argent parle-t-on et de combien ? D’après une étude publiée par la Smerep en 2018, le budget moyen d’un étudiant en France est de 382 € par mois. Cet argent provient de leurs parents (aide mensuelle, anniversaires), d’aides publiques (bourses, APL) ou de leur travail (stage, job étudiant, cours particuliers, baby-sitting, etc.). Mais la moitié des étudiants interrogés disent qu’ils rencontrent des difficultés financières. À quoi bon parler d’investissement quand la moitié des étudiants en France avouent sauter parfois des repas ?

Nous ne voulons pas ici d’une réponse cynique qui consisterait en un article adressé à l’autre moitié. Nous voulons au contraire proposer ici une réflexion et des pistes qu’une grande majorité doit pouvoir suivre sans problèmes. C’est notre souhait et nous espérons que cet article vous aidera. N’hésitez pas à le commenter si vous avez des remarques ou des questions.

Alors, que faire ?

Prendre date

On ne le répètera jamais assez mais il est essentiel quand on est jeune de prendre date sur deux produits financiers : l’assurance-vie et le PEA. Nous avons un article à ce sujet, et un autre qui vous parle du PEA. Nous en préparons un pour lever les mystères de l’assurance-vie.

Vous n’avez besoin que de quelques dizaines d’euros pour ouvrir ces produits financiers – faites attention cependant lors de votre choix à bien analyser leur politique tarifaire. Or, tout leur intérêt réside dans le fait de les détenir depuis plusieurs années. Même si vous ne les utilisez pas immédiatement, le compteur tourne et vous permettra de disposer de produits financiers avantageux dès que vous aurez les moyens de les alimenter.

Abonder un emergency fund

L’idée est de vous constituer un petit fonds de secours dont le montant représente dans l’idéal un mois ou deux de dépenses et qui vous sert à faire face à un imprévu financier. Pour un étudiant, on peut avoir un montant plus faible. Le but est de vous apporter de la sécurité financière.

Un exemple parmi tant d’autres. Lorsque j’étais dans ma première colocation, j’ai découvert que nous étions redevables de la taxe d’habitation quand mon colocataire a reçu un avis d’imposition des impôts à ce sujet. Je n’avais pas du tout prévu de payer 200 € de taxe d’habitation ce mois-ci (ni aucun autre d’ailleurs), mais comme j’avais un peu d’argent de côté j’ai pu immédiatement rembourser à mon colocataire ma moitié de la taxe. Une fois cela fait, j’ai épargné à nouveau pour reconstituer mon petit fonds de secours.

Investir en soi

Si vous étudiez, c’est que vous avez décidé d’investir en vous. Faites de même en matière de finances personnelles. Continuez de lire et d’apprendre, et n’arrêtez jamais. Faites des simulations, dessinez vos premiers budgets, tentez vos premiers investissements. Il n’est pas grave de faire une erreur. C’est même le moment car elle ne sera pas trop coûteuse !

Pour moi, cet investissement en soi passe aussi par une réflexion sur son avenir, c’est-à-dire sur ce que l’on veut faire de sa vie. Nous avons déjà abordé ce sujet lors d’un précédent article sur la définition d’objectifs de vie que je vous recommande si vous êtes dans le flou artistique. Cela ne veut pas dire que vous trouverez LA réponse qui vous ira toute votre vie, ni même que vous trouverez une réponse. Mais vous commencerez au moins à vous poser les bonnes questions et à entretenir cette réflexion.

Pour finir, si quand vous vous projetez la perspective de la retraite à 65 ans ne vous fait pas rêver, prenez le temps de penser à la liberté financière. Il n’est jamais trop tôt pour la préparer…

La suite dépend de vous

Une fois que vous avez réussi à prendre date et à vous constituer un emergency fund, si vous avez encore de l’épargne disponible, voici quelques conseils pour la placer. Je suis conscient ici que ce qui suit ne concerne pas tout le monde, malheureusement.

La suite dépend de votre profil de risque et de votre objectif. Là il n’y a pas de one size fits all, désolé !

Très concrètement, Mounir et moi avons ici deux approches complètement différentes. Mounir considère que, étant étudiant (donc pas encore marié ni père, ni débiteur d’un emprunt immobilier), il peut se permettre de prendre des risques. C’est pour cela qu’il préfère investir actuellement sur des actifs plutôt risqués et volatiles. De mon côté, je joue la carte des intérêts composés. J’investis au travers de mon assurance-vie et de mon PEA et je contribue à mon PEL. Et quand j’ai un peu de marge de manœuvre, je réalise un petit investissement ailleurs.

C’est donc à vous d’explorer et de décider ce que vous souhaitez faire de votre épargne. Essayez cependant de vous diversifier, même un peu. Nous espérons en tout cas que cet article vous aura permis de comprendre comment les jeunes devraient investir leur argent.

 

Photo par rawpixel sur Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.