Comment parler d’argent

Il est souvent difficile de parler d’argent, pourtant nous savons tous combien il est important d’échanger sur ce sujet. Nous vous proposons donc aujourd’hui quelques pistes pour apprendre à en faire votre prochain sujet de discussion.

Briser délicatement le tabou

Parler d’argent est tabou en France. Qu’il s’agisse de combien gagnent vos parents, de ce qu’épargnent vos enfants ou encore du prix de la montre de votre collègue. On ne demande pas. Jamais. En faire autrement c’est rompre une convention sociale depuis longtemps ancrée et risquer de passer pour quelqu’un de grossier, intrusif et obsédé par l’argent. C’est parfois risquer de provoquer une dispute avec un ami.

Il est même davantage tabou de parler d’argent que de parler de sa sexualité. L’histoire de la chercheuse Janine Mossuz-Lavau est à ce titre éloquente. Directrice de recherche au CNRS et au CEVIPOF, elle s’est intéressée au début des années 2000 à la sexualité des Français. Elle a réalisé alors une longue enquête dont elle a tiré 4 livres. Après cela, elle décide de s’attaquer à un autre tabou, l’argent, pensant qu’il sera plus facile que la sexualité. Elle reprend donc contact avec les personnes qu’elle avait interrogé pour enquêter sur leur relation avec l’argent. Et là, surprise : plus personne ne veut lui répondre. Des couples qui n’avaient pas hésité à détailler leurs positions préférées refusent de dévoiler la position de leur compte. Il y a ici matière à réflexion…

Au-delà de l’argent, je pense que le patrimoine est encore plus tabou. In fine, vous avez une idée de ce que gagnent la plupart de vos collègues ou votre patron. On peut en dire de même de vos amis et des membres de votre famille. En revanche, connaissez-vous leur patrimoine ? Je parie non seulement que non, mais qu’en plus l’idée que vous vous en faites est sans doute fausse. The Millionaire Next Door souligne ainsi que la majorité des personnes roulant dans une voiture qui vaut plus de 40 000 euros ne sont pas millionnaires.

C’est la raison de cet article. Il est essentiel de savoir échanger autour de l’argent, de l’épargne et du patrimoine, afin de bénéficier des retours d’expérience que d’autres ont à nous offrir et en retour leur donner nos bons plans.

Quelques règles à respecter quand on veut aborder LA question

1. Attendre le bon moment.

Cela peut paraître évident, mais il y a peu de chances que vous soyez bien reçu si vous vous lancez sur ce sujet à table, à Noël. Le contexte dans lequel vous décidez d’en parler est crucial. Il influencera aussi la façon d’aborder le sujet et votre choix de mots. Car ce contexte peut aussi être l’objectif que vous avez en entamant la discussion. Il peut s’agir par exemple d’apprendre au contact de personnes que vous savez de bon conseil ou d’offrir votre oreille à un ami qui traverse une mauvaise passe financière.

2. Être concret.

Si vous décidez d’offrir des conseils ou un retour d’expérience, soyez concret. Après que vous ayez réussi un bel investissement immobilier de rendement, un ami vient vous voir pour connaître les critères qui vous ont permis de vous décider à investir et comment vous avez fait pour fixer le prix du loyer. Ne lui répondez pas « Oh tu sais c’est très simple, il suffit de vérifier que c’est rentable. »

Essayez plutôt : « La clé c’est la rentabilité. Il faut la calculer puis la comparer. J’ai analysé des dizaines d’annonces pour comprendre le marché locatif dans le quartier que je visais, le prix de vente des biens en fonction de leur surface, mais aussi le prix à la location en fonction des équipements et de la surface. Après cela, j’ai dessiné plusieurs scénarios en faisant évoluer le prix du loyer, le montant de mon apport et le taux d’emprunt pour vérifier que mon investissement était rentable dans tous les cas, ou du moins la majorité. Par rentable, j’entends que le loyer couvrait les échéances du prêt. Pour finir, j’ai comparé la rentabilité moyenne que je pouvais déduire de ce placement avec d’autres opportunités. Puis j’ai pris ma décision. »

Être impartial.

No shame, no blame. Partagez sans affect les conséquences de vos décisions financières, bonnes comme mauvaises, et gardez-vous de juger votre interlocuteur au regard de ce qu’il vous dira de ses finances et de son patrimoine. Tout le monde comment des erreurs et il est possible qu’il soit moins lettré financièrement que vous. En revanche, le fait qu’il vous pose des questions pour apprendre est positif et essentiel pour qu’il s’améliore.

Parler d’un projet est un excellent ice-breaker.

Qu’il s’agisse d’une réussite ou d’un échec, d’une réalisation ou d’une idée. C’est notamment le cas lorsque ce projet est immobilier. Cela peut aider la discussion à débuter autour d’un feedback sur ce sujet, avant qu’elle ne devienne plus généraliste.

Se souvenir des objectifs de vie de son interlocuteur et de sa situation.

Toutes les décisions d’investissement que vous avez prises ne sont pas immédiatement réplicables par un ami qui vous demanderait conseil. Sa situation peut différer de la vôtre, tout comme ses objectifs de vie et son patrimoine. Vous venez d’investir dans des meubles d’art, qui décorent admirablement bien votre intérieur et dont vous espérez une plus-value à la revente dans dix ans. Votre ami y pense aussi. Oui mais, avant cela, vous avez patiemment bâti votre patrimoine et acquis de nombreux autres actifs : assurance-vie, PEA, immobilier de rapport, parts de SCPI, etc. De son côté, il n’a pas encore ouvert d’assurance-vie car il pense que c’est trop compliqué.

Je suis convaincu qu’il y a de nombreux bénéfices à ce que vous abordiez ces questions avec votre famille et vos amis. Cela vous aidera à accomplir vos propres objectifs. En les partageant, vous recevrez un feed-back qui vous aidera à savoir s’ils sont pertinents, et éventuellement de l’aide pour les réaliser. En outre, cela vous engage car les personnes auxquelles vous en avez parlé s’attendront à ce que vous accomplissiez ces objectifs.

Exemples de questions pour parler d’argent

Voici quelques questions qui peuvent vous aider à lancer un débat riche sur la question. Si vous pensez à d’autres, n’hésitez pas à les partager avec nous en commentaire !

  • Quel est ton premier souvenir lié à l’argent ?
  • Qu’est-ce qui te fait peur quand tu penses à l’argent ?
  • Est-ce que tu te considères dépensier / économe ?
  • Comment fais-tu pour épargner ? As-tu un budget ?
  • Qu’est-ce que « assez » ? Qu’est-ce que « manquer d’argent » ?
  • Combien faudrait-il que tu gagnes chaque mois pour que tu te considères riche ? Combien faudrait-il que ton patrimoine vaille pour que ce soit le cas ?
  • Si tu gagnais un million d’euros, qu’en ferais-tu ?
  • Que penses-tu de l’endettement ? Est-ce qu’il y a de bonnes et de mauvaises dettes ?
  • Est-ce que tu aimerais être mieux informé en matière de placements ?
  • Qu’as-tu envisagé pour ton argent et ton patrimoine quand tu ne seras plus là ?
  • Quelle est l’habitude que j’ai par rapport à la monnaie que tu admires chez moi ? Celle que je devrai perdre ?
  • En quoi la société, ta famille, tes amis, influencent-ils ta réponse ? (très bonne question récupérée dans Your Money or Your Life)

Pensées finales

Pour finir, si malgré tout vous éprouvez des difficultés à parler d’argent autour de vous, par pudeur ou parce que votre entourage est peu réceptif, il vous reste de nombreux blogs et forums sur lesquels vous pourrez trouver votre bonheur.

Enfin, si l’histoire du tabou de l’argent vous intéresse, je vous conseille cet excellent post d’un doctorant en histoire.

 

Bonne conversation !

Comments 2

    1. Avec plaisir Florian, il était passionnant, comme tous les autres que j’ai pu lire ! keep up the good work !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.