Comment savoir ce qu’on veut faire de sa vie ?

Deux ans après avoir prétendu faire le tour de la question, je remets à jour cet article après avoir traversé de profondes interrogations sur le sens de ma vie.

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu un riche dialogue intérieur. De bien beaux mots pour décrire cette interrogation sourde sur le sens à donner à ma vie qui me taraude depuis des années. Je pensais avoir mis fin à cette quête il y a plus de deux ans. J’avais à cette occasion écrit la première version de cet article. J’étais assez heureux d’avoir réglé la question, estimant que cela me ferait gagner du temps. Mais j’avais tort.

J’avais en réalité traité la question en surface. Je m’étais plus attaché à construire un récit autour de ce que je pensais vouloir faire de ma vie qu’à me demander si cela me correspondait bien. Et tel le lasso du Balrog qui agrippe le pied de Gandalf qui avait commis l’erreur de tourner le dos au danger, je me suis pris à nouveau cette interrogation de plein fouet il y a quelques mois. Je ruminais à ce moment l’échec d’Augmented Advize, la startup que j’avais créé fin 2018 et qui avait pour ambition de créer un conseiller financier virtuel sous la forme d’une intelligence artifiicelle conversationnelle. L’arrêt de cette aventure marque mon premier réel échec.

Faire le point sur cette expérience m’a amené à complètement changer le regard que j’avais sur la quête du sens à donner à ma vie. J’avais écrit la première version de cet article en 2018 car j’étais persuadé qu’on ne pouvait cheminer vers la liberté financière sans savoir ce qu’on voulait faire de sa vie puisque cela signifierait ne pas savoir quoi faire une fois cette indépendance acquise. Je réalise deux ans plus tard mon erreur. Emprunter la route de la liberté financière c’est aussi et surtout se donner l’occasion de davantage réfléchir au sens qu’on veut donner à sa vie. Ces deux quêtes vont de pair.

C’est la raison pour laquelle j’ai pensé qu’il était temps de complètement reprendre cet article. En essayant de m’appuyer sur les trois méthodes qu’il présentait, j’ai réalisé leur insuffisance. Je ne prétends pas que cette nouvelle version soit parfaite. Mais elle devrait bien mieux vous accompagner que la précédente. Sur ce, prenez une feuille de papier et un crayon, et bonne lecture !

(Juin 2020)

De qui suis-je en train de vivre la vie ?

L’une des raisons qui nous pousse à nous demander si nous sommes sur la bonne route est ce sentiment qu’on est en train de vivre les rêves de quelqu’un d’autre. C’est parfois une certitude puisque certaines familles imposent des destins tout tracés à leurs enfants.

La première étape pour savoir ce qu’on veut faire de sa vie est donc de faire la lumière sur celle que l’on mène actuellement. Les usual suspects dans ce cas sont toujours nos parents. Il est facile de faire les études qu’ils n’ont pu faire ou aurait voulu faire. De débuter sa carrière par ce poste dont ils rêvaient à notre âge. Et ainsi de suite.

Mais au-delà de nos parents, il peut également s’agir de notre famille, d’amis, de collègues, de notre conjoint, de notre milieu ou même d’un groupe auquel on aimerait appartenir. De pressions douces en petits conseils au cours du dîner, ils peuvent fortement modeler nos décisions.

Pour faire la lumière sur ce point, je vous conseille de creuser la question avec quelques personnes qui vous connaissent très bien (et qui connaissent votre famille). C’est souvent en leur posant la question qu’ils vous confieront que cela fait des mois ou des années qu’ils vous voient vivre les rêves de votre père ou de votre mère mais n’ont rien osé dire par peur de vous blesser. Vous pouvez également chercher les réponses par vous-même en pensant par exemple aux regrets qu’ont vos parents sur ce qu’ils ont fait à votre âge : ne pas partir faire des études à l’étranger, prendre une année sabbatique plutôt que de décrocher ce super poste de consultant, se marier trop tôt, ne pas créer leur entreprise, etc.

Cette recherche est particulièrement importante dans le cadre de votre route vers la liberté financière puisque ce concept est relativement récent. Il y a donc de fortes chances qu’autour de vous on peine à vous comprendre puisque vous ne rentrez plus dans les schémas de pensée de votre entourage.

Accepter qu’on trouve une réponse et non la réponse

Chaque année qui passe, avec son lot de joies et de peines, nous change. Par conséquent, on peut très bien vouloir aujourd’hui quelque chose qui nous paraîtra totalement superflu dans quelques années. Certaines épreuves ont ainsi le mérite de nous ouvrir les yeux. C’est parce que ma famille a connu des problèmes d’argent que j’ai fini par découvrir le concept de liberté financière grâce à Mounir. Sans cela, je n’aurai sans doute toujours pas pris date sur mon assurance-vie et mon PEA. Le sens de ma vie n’est pas soudain devenu “devenir riche pour ne pas avoir de problèmes d’argent”. Mais atteindre la liberté financière est devenu un objectif sur les 20 prochaines années.

Mon conseil ici est donc de creuser et de vivre les réponses que vous trouvez à votre questionnement. Ce faisant vous vous apercevrez peut être que ce n’était pas LA réponse mais simplement une partie. Ou au contraire une fausse piste. Mais vous devez vivre les réponses que vous trouvez pour le découvrir.

Ce faisant, n’hésitez pas à tenir un journal et à y relater ce que vous vivez et comment vous le ressentez. Je fais cela depuis plusieurs années et en me relisant je m’aperçois combien ce que je tiens pour vrai évolue, parfois d’un jour sur l’autre.

Un post un peu particulier ce matin puisque de prime abord, il sort du cadre de la finance personnelle stricto sensus, pour nous faire doucement entrer dans le développement personnel. Mais je dirai qu’en réalité il est au carrefour des deux, et même au principe des finances personnelles. Souvenez-vous, nous avons débuté nos articles en vous parlant de comment définir vos objectifs patrimoniaux. Nous insistions alors sur le fait qu’il fallait qu’ils soient en accord avec vos rêves. Mais depuis, nous ne vous avons plus parlé de vos aspirations. Mea culpa aujourd’hui avec cet article que j’espère aussi concret que possible pour savoir ce qu’on veut faire de sa vie.

Quelques méthodes pour mieux savoir ce que vous voulez faire de votre vie

Nous arrivons enfin aux méthodes que j’espère les plus actionnables possible.

Se trouver un mentor

Nous connaissons tous des personnes dont la vie nous inspire. Il peut s’agir de personnes de notre entourage personnel ou professionnel ou de figures plus lointaines géographiquement ou même temporellement.

Lire leurs livres, leur biographie, regarder un documentaire à leur sujet ou les contacter (si cela est possible) est un excellent moyen d’en apprendre plus sur vous-même.

On m’avait ainsi parlé de Muhammad Yunus, le fondateur de la Grameen Bank, en classe préparatoire. J’avais été marqué par son parcours et ses idées, en particulier son concept de social business mis en application avec Danone au Bangladesh. J’avais alors lu plusieurs de ses livres, dont Vers un nouveau capitalisme qui relate l’histoire de cette co-entreprise entre Danone et Grameen. Ce qui m’avait vraiment marqué était la façon dont il utilisait le système financier et l’entrepreneuriat pour servir une vocation sociale. La réunion de deux mondes, au service des plus démunis.

Écrire sa biographie rêvée

Le principe

Cette première méthode est assez connue et utilisée. Je l’ai découverte en lisant Miracle Morning de Hal Elrod. Et aussitôt appliquée.

Asseyez-vous au calme, loin de toute distraction. Coupez votre portable, supprimez les notifications de votre ordinateur, envoyez vos enfants chez leurs grands-parents, et mettez votre colocataire devant Netflix. Bref, soyez au calme et concentré.

Écrivez alors votre biographie rêvée. Commencez par raconter d’où vous venez et ce que vous faites aujourd’hui, puis couchez sur le papier la suite dont vous rêvez. N’ayez pas peur du ridicule et ne vous dites pas que c’est impossible. Ce que vous écrivez est pour vous seul.

Si vous manquez un peu d’inspiration, n’hésitez pas à aborder les sujets suivants : amour, vie de couple, enfants, émotionnel, santé, physique, mental, carrière professionnelle, argent et dette. Racontez ce qui va changer et comment vous aller vous y prendre pour être porteur de ce changement.

Ensuite, et c’est pour moi la partie la plus importante, reprenez point par point ce que vous avez écrit en expliquant pourquoi vous le souhaitez. Soyez honnête avec vous-même. Distinguez dans votre biographie rêvée la partie qui répond à vos aspirations profondes, de celles de votre conjoint, de vos amis, de vos parents ou encore de la société. Allez jusqu’au fond à chaque fois. Enchaînez les pourquoi et écrivez à la première personne.

Un exemple

« Je veux devenir riche et acheter une Bentley. Pourquoi ? Parce que ça montrera que je suis riche. Mais pourquoi ? Parce que je crois que c’est ce que font les riches non ? Pourquoi donc ? Eh bien, parce que l’argent c’est une preuve de réussite. C’est même la seule preuve de réussite ! Enfin pour moi. Mais pourquoi ? Parce qu’en fait j’en ai marre de tout compter, de ne pas pouvoir m’offrir la vie dont je rêve pour moi et ma famille. Je travaille dur, je pars tôt et je rentre tard, je travaille parfois même durant le week-end, mais mon salaire ne décolle pas. Je ne vis pas la vie que je pensais mener quand j’étais plus jeune. Je pensais que ça serait plus facile, que je pourrai épargner plus mais aussi vivre mieux. Et mon cousin m’emmerde à se ramener en Porsche à chaque réunion de famille alors que je conduis un vieil Espace ! »

À quel moment dois-je m’arrêter d’écrire me demanderez-vous ? Faites cet exercice, et vous sentirez quand vous êtes allé au bout. Je n’ai pas de meilleure réponse si ce n’est le souvenir très vif de m’être interrogé encore et encore sur de longues pages avant d’un coup de me sentir libéré de quelque chose, comme si j’avais déposé un poids en moi sur ces lignes. C’est alors que j’ai su que j’étais allé au bout.

Un très bon exercice pour savoir ce qu’on veut faire de sa vie à mon sens.

Écrire votre nécrologie

Si vous avez un peu de mal avec votre biographie, ou que ça part un peu dans tous les sens, écrivez votre nécrologie. C’est une méthode radicale que j’emprunte à Mrs Frugalwoods. Vous pouvez aussi imaginer que vous êtes sur votre lit de mort et repensez à votre vie. Qu’est-ce qui comptera vraiment à ce moment ?

Ce n’est pas un exercice très gai, mais il a le mérite de couper court aux digressions et de permettre de se concentrer sur l’essentiel. Vous pouvez d’ailleurs commencer par votre nécrologie puis écrire votre biographie rêvée.

Connect the dots

Il s’agit d’une méthode de mon cru pour savoir ce qu’on veut faire dans la vie. Elle me convient bien car je suis quelqu’un de très visuel. Donc plutôt qu’une longue explication, un exemple en image :

PiZH7EW+S0GeXTqVC2nSng_thumb_1744

Oui j’ai une écriture hiéroglyphique…

Écrivez ce qui vous passe par la tête. Pensez à ce que vous souhaitez obtenir, mais aussi à ce que vous aimeriez éviter. Et notez tout cela sur une feuille.

À partir de là, prenez une bulle et dessinez une flèche en direction toutes les bulles qui sont rendues possibles si vous réalisez ce qui est écrit dans cette bulle :

iJIQoKWLQqehhHaXzg50Xw_thumb_1745

Vous avez alors 3 types de bulles :

  • Celles que rien ne permet mais qui débouchent sur d’autres. Ex : « Faire du sport ». Ce sont par ces bulles que vous devez commencer si vous voulez atteindre vos objectifs.
  • Les bulles qui dessinent un chemin car une bulle au moins débouchent sur elles et elles débouchent sur une autre bulle. Ex : « Perdre du poids ». Il s’agit d’un objectif intermédiaire et d’un moyen pour atteindre votre objectif final.
  • Les bulles qui sont permises par au moins une bulle mais ne débouchent sur rien. Ex : « Être en bonne santé ». Ce sont vos objectifs finaux que vous poursuivez et qui sous-tendent vos actions.

In fine, cela peut donner la chose suivante :

8Pcfn2vMS1mK+4icmERctg_thumb_1746

En bleu les grands thèmes que vous explorez, pour être certain de ne pas en avoir oublié un notamment. Encadrées en orange les premières choses qu’il vous faut faire, dès aujourd’hui. Et entourés en vert vos objectifs finaux.

L’exemple était réalisé sur un coin de table donc vous pouvez aller beaucoup plus loin que cela. Quand je l’ai fait, j’ai couvert un tableau entier, avant peu à peu de synthétiser ma pensée, en écartant notamment ce qui n’était pas réellement important pour moi.

Faut-il le faire seul ?

Je vous dirai « oui mais non ».

Si vous êtes dans une relation sérieuse que vous voulez poursuivre, je vous conseille de proposer à votre moitié de faire cet exercice avec vous. Faites le chacun de votre côté au début et partagez ensuite ce que vous avez écrit. Cela vous permettra d’y voir plus clair sur vos désirs respectifs et de mieux savoir comment bâtir demain ensemble.

Dans le cas contraire, faites le seul, puis demandez du feedback à celles et ceux qui vous connaissent.

*

À vos crayons ! N’hésitez pas à nous laisser en commentaire vos impressions et trouvailles ! Nous espérons en tout cas que parmi ces 3 méthodes vous en trouverez une qui vous permettra de savoir ce que vous voulez faire dans la vie.

 

 

Photo by Leon Contreras on Unsplash

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.