Comment utiliser Portfolio Visualizer ?

Savoir comment utiliser Portfolio Visualizer vous aidera à bâtir un meilleur portefeuille d’ETF pour accélérer votre route vers la liberté financière.

Cela faisait un moment qu’on avait envie de partager avec vous des outils gratuits vous permettant de mieux gérer vos finances personnelles. On commence donc dès aujourd’hui avec un outil qui nous vient tout droit du Texas et vous aidera à construire des portefeuilles de trackers performants.

Qu’est-ce que Portfolio Visualizer ?

Portfolio Visualizer est une plateforme en ligne permettant d’analyser et de comparer les performances de portefeuilles d’actifs dans le but de prendre de meilleures décisions d’investissement. C’est un outil développé par une PME texane, Silicon Cloud Technologies LLC.

Concrètement, il vous est utile dans deux cas :

  • Vous avez déjà un portefeuille d’investissements et vous souhaitez obtenir davantage d’informations à son sujet pour essayer de l’améliorer,
  • Vous débutez vos investissements et cherchez à vous constituer un portefeuille répondant à vos critères (performance, volatilité, risque de perte maximale, diversification, etc.).

Dans les deux cas, vous allez en effet chercher à obtenir des indicateurs clés sur un portefeuille puis les comparer avec ceux d’autres portefeuilles. Portfolio Visualizer fait cela très bien. Mais ce n’est pas tout.

 

Les forces et faiblesses de Portfolio Visualizer

ForcesFaiblesses
Gratuit (la version payante permet essentiellement de sauvegarder ses portefeuilles, ce que vous pouvez faire sur Excel),La liste des ETF est incomplète, en particulier sur les trackers européens (il n’y a par exemple pas de tracker CAC 40),
Variété des analyses disponibles,La seule devise disponible est le dollar,
Facilité de prise en main,Existe uniquement en anglais (ce qui peut être un problème pour certains).
Jusqu’à 25 actifs différents par portefeuille,
Les actifs disponibles dépassent les ETF (actions individuelles, cash, matières premières, etc.).

Une petite précision importante sur les 25 actifs. Si vous gérez vous-même votre portefeuille, vous n’avez pas envie d’avoir 25 lignes dedans. Avoir entre 5 et 10 ETF dans votre PEA est très largement suffisant pour le diversifier tout en s’assurant d’avoir une performance remarquable.

Cela posé, explorons ses fonctionnalités les plus intéressantes.

L’analyse de la performance d’un portefeuille

L’idée est ici d’entrer un portefeuille dont vous voulez tester la performance passée, qui peut être le vôtre. Je prends l’exemple suivant donné par Portfolio Visualizer — il s’agit d’un portefeuille constitué de 4 ETF de Vanguard :

  • Vanguard Total Stock Market Index (VTSMX) : 40% (tracker permettant d’investir sur l’ensemble des valeurs cotées aux États-Unis),
  • Vanguard Total International Stock Index Fund (VGTSX) : 20% (tracker permettant d’investir sur les marchés boursiers des pays développés à l’exception des États-Unis),
  • Vanguard Real Estate Index Fund (VGSIX) : 10% (tracker investissant dans l’immobilier),
  • Vanguard Total Bond Market Index (VBMFX) : 30% (tracker investi à 70% dans des obligations gouvernementales américaines et à 30% dans des obligations d’entreprises américaines).

J’ai fait tourner la simulation de janvier 1997 à décembre 2019. L’analyse nous donne accès à de nombreuses données sur la performance de ce portefeuille :

  1. La valeur finale du portefeuille. Cette valeur de base prend en compte l’inflation. Mais si vous passez votre souris sur le petit “i”, vous aurez la valeur ajustée par l’inflation. Le graphique ci-dessous montre l’évolution de la valeur du portefeuille sur la durée de la simulation. Je l’ai ici également ajustée par l’inflation. Au passage, pour vous enrichir, il faut a minima battre l’inflation. Donc regardez toujours les valeurs ajustées par l’inflation.
  2. Le taux de croissance annuel moyen (CAGR). Il est ici donné avec l’inflation, mais de même que pour la valeur finale, vous pouvez l’obtenir ajusté par l’inflation (5,24% au lieu de 7,48% en l’occurence).
  3. L’écart-type des rendements mensuels. Il permet de mesurer la volatilité de la performance de votre portefeuille. En d’autres termes, c’est l’un des éléments clés de la mesure du risque de votre portefeuille.
  4. La performance de la meilleure année du portefeuille.
  5. La performance de la pire année du portefeuille.
  6. Le drawdown (on pourrait le traduire par “rabattement” mais le terme anglais est toujours utilisé en Français). Il s’agit de la perte latente maximale réalisée durant toute la durée de l’investissement. La pire performance de votre portefeuille est enregistrée sur 2008 (- 26%). Vous débutez l’année 2008 avec un portefeuille valant 18 600 $ et l’achevez sur une valorisation de 13 800 $. Mais, la baisse a débuté en novembre 2007 et s’est poursuivie jusqu’en février 2009. Sur cette période, la valeur de votre portefeuille a chuté de près de 40%. C’est cela votre drawdown. On parle alors de perte “latente” car, dans cette simulation, vous n’avez pas vendu puisque vous avez conservé vos actions jusqu’au 31 décembre 2019.
  7. Le ratio de Sharpe. Il mesure la prime de risque de votre portefeuille. En d’autres termes, ce ratio compare la rentabilité de votre portefeuille avec celle d’un actif sans risque. Il ne faut surtout pas qu’il soit négatif et il vaut mieux qu’il soit supérieur à 1.
  8. Le ratio de Sortino. Il s’agit d’une variante du ratio de Sharpe qui ne mesure que la volatilité à la baisse, donc le risque de pertes sur votre portefeuille.
  9. La corrélation au marché américain. C’est un indicateur intéressant pour vous permettre de mesurer en un clin d’œil le degré de diversification de votre portefeuille (surtout si vous cherchez à ne pas trop vous exposer à ce marché).

Vous avez ensuite deux autres graphiques qui complètent ces indicateurs avec la performance annuelle de votre portefeuille et les revenus générés chaque année.

Ces indicateurs vous permettent donc d’approfondir la connaissance de votre portefeuille. Mais pour l’améliorer, encore faut-il pouvoir la comparer avec d’autres portefeuilles.

La comparaison de la performance de portefeuilles

Cette fonctionnalité est la même que la précédente et d’ailleurs vous rentrez les données dans le même espace. La seule différence est que dans le cas précédent, vous ne remplissez les données que pour un portefeuille.

Vous pouvez ici comparer les performances de 3 portefeuilles entre eux, mais aussi face à un indice de référence (l’entrée nommée “benchmark”). Je vous conseille de comparer vos portefeuilles avec l’indice MSCI World puisque la solution la plus simple pour investir est juste d’acheter un tracker répliquant cet indice. Pour ce faire, cliquez sur “specify ticker” dans la liste déroulante en face de “benchmark” et entrez “MSCI World”. Vous pouvez prendre l’ETF d’iShares.

Ensuite, c’est à vous de jouer ! Vous pouvez inventer autant de portefeuilles que vous le souhaitez. Une autre fonctionnalité intéressante à ce stade sont les portefeuilles enregistrés qui vous permettent de comparer vos performances avec celles de portefeuilles “classiques”.

Cliquez ici pour réaliser vos propres simulations 👉 lien

La détermination de la frontière efficace d’un portefeuille

La frontière efficace (ou “efficient frontier”) montre les compositions optimales de portefeuilles pour atteindre le meilleur rendement en fonction d’un niveau de risque donné, ou pour minimiser le risque en fonction du rendement souhaité.

Un exemple pour comprendre. Imaginons que j’ai le portefeuille d’ETF suivants dans mon PEA :

  • US Large Cap — 40%,
  • US Small Cap — 20%
  • European Stocks — 20%
  • Emerging Markets — 10%
  • REITS — 10% (immobilier)

Je cherche à savoir s’il est performant et comment je pourrais améliorer sa performance. L’analyse de sa frontière d’efficience me donne les résultats suivants :

  1. Ce tableau compare mon portefeuille (Provided Portfolio) avec celui jugé le plus optimal (Tangency Portfolio). Gardez cependant en tête que l’objectif est déjà de se trouver sur la frontière d’efficience (la courbe bleue sur le graphique) peu importe où.
  2. Le triangle rouge nommé Provided Portfolio est mon portefeuille, situé sur ce graphique, en fonction de son rendement estimé et de son écart-type. Globalement, puisqu’il est en-dessous de la frontière efficace, cela veut dire que je peux améliorer mon portefeuille. J’ai pour cela trois choix.
  3. Le premier choix consiste à créer un portefeuille qui me délivre le même rendement mais avec un risque plus faible. Il se situe sur la courbe, au niveau du point n°3. Portfolio Visualizer ne l’indique pas directement mais en passant votre souris sur la courbe vous verrez ses informations s’afficher. Ainsi, si je crée un portefeuille constitué à 82 % d’ETF US Large Cap et 18 % de REIT, j’aurai le même rendement (8,23 %) mais une volatilité plus faible (14,38 % au lieu de 15,70 %).
  4. Le second choix consiste à créer un portefeuille qui me délivre un meilleur rendement pour un niveau de risque similaire. Il se situe sur la courbe, au niveau du point n°4. Portfolio Visualizer ne l’indique pas directement mais en passant votre souris sur la courbe vous verrez ses informations s’afficher. Ainsi, si je crée un portefeuille constitué à 47,50 % d’ETF US Large Cap, 4,50% d’ETF US Small Cap et 48 % de REIT, j’aurai la même volatilité mais un rendement bien plus important (10,27 % au lieu de 8,22 %).
  5. Le troisième choix consiste à créer un portefeuille composé à 76 % de REIT et à 24 % d’ETF US Small Cap. J’aurai alors un rendement très supérieur à celui que j’ai aujourd’hui (12,77 % contre 8,22 %) mais pour une volatilité plus élevée (18,85 % contre 15,70 %). Est-ce une bonne idée ? La progression du ratio de Sharpe (de 0,42 à 0,59) me montre que la prise de risque supplémentaire prise avec ce nouveau portefeuille sa paie d’une réelle surperformance.

Évidemment, il faut aussi prendre en compte la diversification de votre portefeuille dans votre choix. Ainsi, dans ce dernier portefeuille, vous êtes très exposé au marché américain et à l’immobilier.

Cliquez ici pour calculer vos propres frontières 👉 lien

La détermination de la corrélation entre les actifs composant votre portefeuille

La mesure de la corrélation de deux actifs permet de savoir si la façon dont leur prix évolue est ou non liée. C’est donc un élément essentiel à prendre en compte pour constituer un portefeuille diversifié. Je dirai même que moins vous voulez passer de temps à gérer votre portefeuille et plus il doit être diversifié, pour qu’il profite des bons moments et ne tangue pas trop dans les mauvais.

Vous pouvez alors utiliser Portfolio Visualizer pour cela. J’ai sur cet exemple comparé 3 ETF qui suivent le prix de l’or, le marché des obligations et l’indice MSCI World (actions cotées des pays développés). On voit que le prix de l’or est assez corrélé avec celui des obligations. En revanche, tous deux ont une corrélation très faible voire inverse avec le prix des actions. Cela n’est pas surprenant et explique pourquoi on dit de l’or qu’il s’agit d’une valeur refuge, ou encore pourquoi on inclut souvent des obligations dans tous les portefeuilles.

Cliquez ici pour réaliser vos propres analyses de corrélation 👉 lien

*

J’espère que cet outil vous sera utile car il est vraiment très intéressant, malgré ses limites pour un utilisateur européen. J’ajoute que je n’ai exploré dans cet article que les fonctionnalités les plus utiles dans l’immédiat pour tester votre portefeuille d’ETF. N’hésitez pas à explorer les nombreuses autres, puisque vous savez à présent comment utiliser Portfolio Visualizer.

 

Photo by Isaac Smith on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.