Indépendance financière et charité

Donner à autrui et accumuler de l’argent sont deux concepts clairement opposés. Il n’y a pas débat sur le fait que les euros donnés à votre association préférée auraient accéléré votre indépendance financière s’ils avaient fini dans votre PEA. Et pourtant, il me semble important de dédier une partie de son budget à la charité. Voyons alors comment indépendance financière et charité se marient.

L’idée de cet article m’est venue après une discussion avec Benoit. En discutant de nos habitudes de don, nous avons réalisé que la littérature US donnait plus de visibilité à la charité (sans doute à cause de la différence d’implication sociale des deux gouvernements). Les propositions de budget des auteurs américains incluent généralement une partie dédiée à la charité, tandis qu’en France le sujet était moins discuté.

Tout d’abord, cet article n’est pas à portée philosophique ou religieuse. Donc zéro culpabilisation si vous ne donnez pas ! Il est parfaitement compréhensible de ne pas en avoir l’envie ou les moyens, d’attendre d’être financièrement à l’aise, ou d’aider la société d’une autre manière 😊. Il ne faut pas oublier que la France présente l’une des plus fortes impositions de l’OCDE et que payer ses impôts, c’est déjà soutenir la société.

Pourquoi donner ?

Donner vous permet de soutenir les causes qui vous tiennent à cœur, et qui ne sont pas à vos yeux assez aidées par l’Etat. Du réchauffement climatique à la recherche contre le cancer, les problèmes à résoudre ne manquent pas et le gouvernement ne peut pas soutenir toutes les causes de manière optimale. C’est là que nous avons la possibilité d’intervenir pour combler ces défaillances. Dans un scénario idéal, toutes les causes sociales seraient gérées par l’Etat, mais on n’en est pas là 😊.

Donner vous permet également de reprendre partiellement la main sur l’utilisation de vos impôts. En effet, grâce aux exonérations fiscales , vous choisissez vous même où affecter l’argent de vos impôts. Pour être un peu plus concret, voici les exonérations fiscales possibles grâce au don :

indépendance financière charité exonération fiscale

Il est à noter que si votre exonération dépasse le plafond de 20% du revenu imposable, il est possible de reporter le reliquat sur l’année suivante. Dans tous les cas, demandez un reçu fiscal afin de pouvoir bénéficier des exonérations !

À qui donner ?

Vous avez l’embarras du choix ! Si une cause particulière vous tient à cœur, foncez faire des heureux. Sinon, plusieurs options s’offrent à vous :

  • Adopter l’altruisme efficace. Cette démarche vise à utiliser des méthodes scientifiques pour estimer causes sociales où vos euros auront le plus d’impact. Cela admet que certaines causes sont plus importantes que d’autres. Ce n’est pas mon avis mais bon (Oups, on avait dit pas de débat philosophique, désolé !). Avant d’emprunter cette voie, vérifiez tout de même l’allocation des dons 😉 . En France, Altruisme Efficace France recense plusieurs associations considérées comme “efficaces”.
  • Plusieurs sites vous permettent de filtrer les associations en fonction de leur cause, besoins, taux de réduction fiscale associé, certification, etc. Dirigez-vous vers les excellents aquidonner.com ou jeveuxaider.com. jeveuxaider.com indique également quelles associations ont besoin de bénévoles ou de biens spécifiques.

charité is cool

Bref, il n’y a aucune raison pour qu’indépendance financière et charité ne puissent pas être conjugués ! Ce qui me fait penser qu’il faudrait intégrer le don à notre infographie “Que faire de son salaire ?”

 

Passez me faire coucou sur Twitter 👉  et n’hésitez pas à faire un tour sur notre Instagram !

 

Vignette par Mi Pham

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.