Pourquoi faut-il se payer en premier ?

Pourquoi faut-il se payer en premier ? Car ce que vous gagnez, ce n’est pas votre salaire mais ce que vous réussissez à mettre de côté !

Un court article ce matin pour vous présenter une notion et une technique essentielle pour mieux accomplir vos objectifs patrimoniaux et vous diriger plus sereinement vers la liberté financière

Pourquoi faut-il se payer en premier ?

Imaginons que vous voulez améliorer votre santé financière et commencer à épargner. La plus simple des solutions consiste à voir ce qu’il reste à la fin du mois et à l’épargner. Mais cela présente en fait de très nombreux défauts :

  • Il est très tentant de dépenser cette somme le mois suivant plutôt que de l’épargner,
  • Il est possible que cet argent demeure sur votre compte en banque, dont le solde augmentera mois après mois, ce qui outre la tentation de le dépenser dans un bel achat, engendre un coût d’opportunité lié au fait que cet argent n’est pas placé et ne travaille donc pas pour vous,
  • Son montant risque de varier chaque mois, ce qui complexifie les projections que vous pourriez vouloir faire du montant que vous pouvez épargner et investir sur une année par exemple,
  • Vous subissez vos finances plus que vous les maîtrisez et notamment leurs aléas.

Le principe du “pay yourself first”

Le pay yourself first, littéralement “payez-vous d’abord”, est une méthode très simple permettant de remédier à ces problèmes. Elle consiste à épargner dès le premier jour du mois la somme minimale que vous souhaitez mettre de côté. Ainsi, vous êtes sûr que, quoi qu’il advienne dans ce mois, vous aurez réussi à améliorer votre santé financière.

Pour le réussir, rien de plus facile. Estimez une somme que vous pouvez épargner chaque mois. Planifiez ensuite un virement programmé chaque premier jour du mois du montant de cette somme de votre compte en banque à un compte épargne. Ainsi automatisé, vous n’aurez plus à y penser.

Si vous recevez votre salaire en fin de mois, vous pouvez programmer le virement pour le jour même ou le suivant, ce qui vous évitera d’avoir la tentation de le dépenser en intégralité. Si vos revenus sont irréguliers, la méthode fonctionne encore. Vous pouvez opter pour un petit virement au début du mois et faire ensuite un virement complémentaire à la fin en fonction de ce qu’il vous reste. Essayez dans ce cas d’avoir un objectif d’épargne à atteindre sur l’année qui soit supérieur à vos seuls virements mensuels minimaux.

Ce que suppose cette méthode

Tout d’abord, il faut bien sûr être en capacité d’épargner.

Mais pour réussir votre pay yourself first, il est aussi indispensable que vous ayez un budget, même une ébauche avec une idée du montant minimal que vous pouvez et voulez épargner chaque mois.

Ensuite, il est essentiel que cet argent quitte votre compte en banque et vienne le plus possible servir vos objectifs patrimoniaux. Vous pouvez l’utiliser pour épargner en vue d’un achat important. On parle alors de spaving, une contraction entre saving et spending. Cependant cela limite grandement son intérêt puisque son but est d’améliorer votre santé financière et non votre garde-robe. 

Le pay yourself first amélioré

La version améliorée du pay yourself first consiste en l’automatisation de votre stratégie patrimoniale. C’est celle que je pratique à titre personnel. Il est aisé de la mettre en place en suivant quelques étapes :

  • J’ai une idée très claire de mes objectifs de vie et j’ai établi une stratégie patrimoniale qui leur correspond. Que ce soit ou non votre cas, n’hésitez pas à consulter notre article à ce sujet.
  • Chacun de mes objectifs patrimoniaux correspond à un produit financier que je possède. J’ai un objectif de contribution annuel, que je divise en objectifs de contribution mensuels.
  • J’ai enfin programmé un virement automatique ou un prélèvement automatique en début de mois pour chacun de ces produits, d’un montant correspondant à mon objectif.
  • Je sais ainsi que quoi qu’il se passe dans le mois, j’aurai réussi à atteindre mes objectifs patrimoniaux à la fin de l’année. Si je suis plus économe que prévu ou bénéficie d’une rentrée d’argent non prévue, je peux la dépenser sans craindre pour ma santé financière ou l’épargner.

Je vous recommande donc vivement d’automatiser au maximum votre stratégie patrimoniale !

Les risques de cette stratégie

Le premier risque avec cette stratégie, qui n’est pas le plus important, est de sous-épargner. Il s’agit du cas dans lequel vous arrivez normalement à mettre de côté 200€ chaque mois mais décidez d’automatiser un seul virement de 100€, pour dépenser ensuite l’intégralité de vos revenus. À la fin de l’année, vous aurez donc économisé 2 fois moins que prévu. Pour ne pas tomber dans ce piège, je vous recommande d’avoir un budget, de faire un peu de test & learn en augmentant ou baissant votre contribution, et surtout d’être honnête avec vous-même. Vous épargnez pour vous.

Enfin, le second risque concerne les imprévus. C’est le cas dans lequel un accident de parcours survient qui se traduit par une dépense imprévue et importante, potentiellement sur plus d’un mois. Si vous vous êtes constitué un petit emergency fund ou fonds de secours, celui-ci devrait permettre de couvrir cet imprévu – puisque tel est son but après tout ! En revanche si vous n’en avez pas (encore) ou que le montant est trop important, il faut alors stopper les versements réguliers, mais ne pas oublier de les reprendre dès que la situation s’améliorera.

Alors, qu’allez-vous automatiser dès aujourd’hui ?

 


Photo by Cristi Tohatan on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.