Vous reprendrez bien une assurance-vie ?

Pourquoi multiplier les contrats d’assurance-vie peut s’avérer judicieux.

 

Aujourd’hui, un post rapide qui sort un tout petit du cadre du FIRE stricto-sensus pour aborder une problématique plus vaste de stratégie patrimoniale. Cette problématique est de savoir comment tirer parti du fait que l’on puisse détenir autant de contrats d’assurance-vie que l’on veut.

Ouvrir un contrat par bénéficiaire et par projet peut se révéler une excellente idée. Nous allons vous dire pourquoi et comment préparer cela dès aujourd’hui.

Mais avant cela, si vous avez un doute sur ce qu’est concrètement l’assurance-vie, lisez cet article de Mounir !

 

Ouvrir un contrat par projet

Ouvrir un contrat par projet vous permet de personnaliser l’horizon de placement et le profil de risque du contrat en fonction de la nature du projet. Vous pouvez par exemple remplacer votre PEL par une assurance-vie, ouvrir un contrat par enfant pour financer leurs études ou encore placer sur une assurance-vie le capital dont vous vous servirez pour votre tour du monde.

J’insiste ici sur un élément important qui est que l’assurance-vie ne doit pas devenir à vos yeux un livret sur lequel placer des liquidités. La fiscalité sur les retraits peut être très pénalisante. On reviendra dessus dans un moment.

Dès lors que vous voulez réaliser votre projet, vous effectuez un rachat total de votre contrat ou demandez une sortie en capital.

 

Ouvrir un contrat par bénéficiaire

Là on rentre dans une problématique successorale. Je ne vais pas m’étendre sur le sujet car la transmission des assurances-vie fera l’objet d’un article à part car c’est un sujet un peu complexe.

Sachez juste pour le moment que, outre limiter les droits de succession, cela permet de répondre à un souhait de discrétion. Si vous ne voulez pas que vos héritiers sachent combien chacun a reçu, ou transmettre une partie de votre patrimoine en toute discrétion, c’est la bonne solution. Le bénéficiaire d’une assurance-vie n’a en effet pas à le déclarer au notaire lors de la succession. L’assurance-vie est dite « hors succession ». L’héritier bénéficiaire d’une assurance-vie touchera donc son capital ou sa rente, mais aussi sa part sur l’héritage.

 

Préparer cette stratégie dès aujourd’hui

Pour préparer cette stratégie dès aujourd’hui, rien de plus simple : prenez date sur plusieurs contrats. Comme ça, vous pourrez les utiliser plus tard même pour un projet de courte durée.

À très vite pour poursuivre notre exploration de l’AV !

Diversifiez, multipliez, profitez !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.