Quel est le meilleur robo-advisor ?

Savoir quel est le meilleur robo-advisor vous aidera à placer votre épargne en confiance.

Article initialement publié le 10 février 2020, mis à jour le 13 octobre 2020.

Dans la même veine que les ETFs, les robo-advisors ont le vent en poupe depuis leur création. À tel point qu’ensemble ils menacent de plus en plus la gestion active traditionnelle reposant sur des gérants humains. Faisons aujourd’hui plus ample connaissance avec ces acteurs et surtout avec les robo-advisors français. Et bien sûr, déterminons lequel d’entre eux est le meilleur robo-advisor.

Qu’est-ce qu’un robo-advisor ?

Les robo-advisors sont nés aux États-Unis il y a une dizaine d’années. Les pionniers de ce marché que sont Wealthfront, Betterment et Personal Capital en sont aujourd’hui les leaders, avec Vanguard. Wealthfront gère aujourd’hui 20 milliards de dollars d’actifs. Betterment gère 16 milliards de dollars d’actifs. Et Personal Capital en gère 10. On peut aussi rajouter dans cette catégorie Charles Schwab Intelligent Portfolios. Créée en 2015, cette branche du courtier américain gère aujourd’hui plus de 37 milliards de dollars d’actifs. En somme, les robo-advisors demeurent de modestes acteurs du marché de la gestion d’actifs (j’en analyse les raisons dans cet article). 

Contrairement à ce que leur nom laisse penser, les robo-advisors ne sont pas des services de conseil automatisé. Ce sont des algorithmes d’allocation et d’arbitrage. Il s’agit donc de services de gestion de portefeuille et non de gestion de patrimoine. La distinction est subtile mais fondamentale.

Prenons l’exemple d’une assurance-vie en ligne gérée par un robo-advisor. L’algorithme va déterminer pour vous une allocation en fonction de votre profil de risque. Ainsi, si vous souhaitez pousser la rentabilité de votre placement, le robo-advisor investira votre assurance-vie plutôt sur des unités de compte que des fonds en euros. Une fois cela fait, le robo-advisor va gérer la vie de votre placement. Cela signifie qu’il effectuera des arbitrages si nécessaire.

Le principal intérêt d’un robo-advisor est la faiblesse des frais de gestion des placements proposés. L’utilisation de l’intelligence artificielle (et non de gérants humains) combinée à des investissements en ETF permet de proposer des frais de gestion très faibles. Point important, les fonds que vous placez chez un robo-advisors sont déposés sur un contrat détenu par un assureur. Donc même si le robo-advisor fait faillite, votre épargne est en sécurité. Elle également couverte par le Fonds de Garantie des Assurances à la Personne en cas de faillite.

Quels sont les robo-advisors français ?

La France compte aujourd’hui 5 robo-advisors. Cela paraît assez peu compte tenu de la profondeur du marché. Mais d’un autre côté, nos concitoyens étant assez frileux quand à l’investissement en bourse, cela peut se comprendre.

Nos 5 robo-advisors tricolores sont donc Yomoni, WeSave, Nalo, Advize et Fundshop. Un sixème, Marie Quantier, a mis la clé sous la porte en juillet 2019. J’avais analysé les raisons de cette fermeture dans un article sur Medium si vous voulez creuser ce sujet. Je mets de côté Fundshop car l’entreprise ne propose plus ses services aux particuliers et cible désormais les gestionnaires de patrimoine. Cela nous laisse donc 4 robo-advisors.

Comme le souligne ce tableau, il est en réalité assez difficile de faire leur connaissance. En dehors de Yomoni, ils manquent beaucoup de transparence, en ne communiquant par exemple ni sur le nombre de leurs clients, ni sur leur encours sous gestion. Cela est pourtant crucial car c’est bien le manque de clients, donc de revenus, qui a conduit Marie Quantier à la faillite. À titre personnel, je trouve cela regrettable car communiquer sur ces sujets est un élément essentiel pour bâtir un lien de confiance avec ses clients.

En revanche, ils communiquent tous sur leurs performances. Cela est parfait pour nous permettre de les comparer et surtout de les classer.

Quel est le meilleur robo-advisor français ?

Chacun de ces robo-advisors a ses spécificités. WeSave propose par exemple un outil d’agrégation patrimonial. Nalo a développé une interface d’investissement par projets. Yomoni dispose de l’agrément de société de gestion de portefeuille. Mais pour les classer, j’ai choisi de ne retenir que la performance nette de frais de leur assurance-vie.

Les allocations n’étant pas toutes les mêmes, j’ai souvent dû reconstituer la performance de chaque robo-advisor. Mon choix s’est porté sur une allocation 70% actions (unités de compte) et 30% fonds en euros. La période étudiée était 2016-2019. Cela correspond donc :

  • Au profil 8 chez Yomoni,
  • Au profil 4 chez WeSave,
  • Au profil Équilibré chez Advize,
  • Chez Nalo, c’est un peu différent, j’ai reconstitué la performance depuis leur simulateur.

D’après mes calculs, la palme reviendrait alors à Nalo :

La comparaison n’est évidemment pas parfaite. Elle serait peut-être différente pour un profil plus défensif. Mais il me semble que ces dernières années Yomoni (et sans doute Nalo que je connaissais alors assez mal) ont sur-performé Advize et WeSave.

Les performances respectives de chaque robo-advisor sont disponibles sur leur site internet. Faites toutefois attention car si Yomoni et WeSave ont 10 profils, leur composition n’est pas similaire donc les performances ne sont pas directement comparables. WeSave alloue ainsi systématiquement une part plus importante d’unités de comptes que Yomoni.

Quand utiliser un robo-advisor ?

Passer par un robo-advisor est une excellente idée pour déléguer la gestion de votre assurance-vie lorsque vous débutez votre route vers la liberté financière. En clair, je vous conseille d’y ouvrir votre première assurance-vie. Et de ne surtout pas en ouvrir une auprès de votre banque, qui n’enrichira que votre banquier grâce aux faramineux frais qu’il prélèvera. 

Quand vous aurez pris un peu plus de bouteille et si à ce moment vous avez envie de gérer un peu plus activement vos placements, ouvrez une assurance-vie en gestion libre chez Linxea. Dans le cas contraire, restez en gestion sous mandat.

La suite

Nous espérons que cet article vous aura permis de mieux comprendre ces acteurs et de savoir quel est le meilleur robo-advisor tricolore. Dans de prochains articles, nous aborderons un comparatif plus vaste sur les assurances-vies en ligne. Les robo-advisors ne sont en effet pas les seuls à en proposer.

Des articles plus poussés sur chacun de ces acteurs sont aussi en préparation. Vous y découvrirez comment Yomoni a débauché des stars de la gestion d’actifs, pourquoi WeSave a abandonné la gestion de patrimoine haut de gamme ou encore ce que signifie “Nalo”.

À très vite !

*

 

Photo by Fauzan Saari on Unsplash

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.